Formation des enseignants : penser d’abord aux élèves
23 mars 2009

Formation des enseignants : penser d’abord aux élèves

Communiqué SNUipp

Paris, le 23 mars 2009

Enseigner est un vrai métier : mettre tous les élèves sur les chemins de la réussite scolaire nécessite une formation approfondie tant en matière disciplinaire que pédagogique et professionnelle. Pour le SNUipp, la réforme de la formation des enseignants doit d’abord avoir des résultats positifs pour tous les élèves : c’est pourquoi elle ne peut continuer de se mettre en place dans la confusion, la précipitation et l’incohérence.

La mobilisation des personnels, la demande d’abandon du projet actuel et d’ouverture des discussions ont conduit le ministre à revenir sur plusieurs décisions et à préciser plusieurs points. Le ministre a dû concéder qu’un tiers de service sera consacré à la formation continue lors de l’année post concours. Il a décidé, devant les demandes unanimes, de maintenir en 2010 les épreuves du concours en l’état tout en exigeant dans le même temps une inscription en première année de master dès septembre 2009.

Le contenu des épreuves du concours de recrutement des professeurs des écoles étant maintenu, le SNUipp demande donc que la formation en IUFM, seule formation existante pour les épreuves actuelles soit maintenue et que les étudiants puissent continuer de s’y inscrire. Il serait incohérent et aberrant de se priver de l’expérience des formateurs actuels et de ne pas utiliser le dispositif de stages existant. Le SNUipp demande que cette année de préparation soit reconnue comme première année de master.

Il demande également que soit maintenue une véritable année de formation en alternance avec mi-temps en responsabilité et mi-temps en formation à l’IUFM après la réussite au concours.

D’autres éléments restent encore dans l’inconnu : quel sera le contenu et l’organisation de la formation de l’année post-concours ? Quel sera le nombre de stagiaires en postes à la rentrée 2010 ? Quelle sera leur formation professionnelle ? Que devient le recrutement sur liste complémentaire ? Quel rôle pour les PEMF ? Des décisions urgentes sont à prendre. De réelles négociations sont nécessaires. Il faut sortir d’un dispositif aussi précipité qu’aventureux, qui comporte le risque d’une dégradation de la formation professionnelle des enseignants avec ses conséquences néfastes pour les élèves. C’est en ce sens que le SNUipp appelle les enseignants des écoles à poursuivre leurs mobilisations dans les écoles et à l’IUFM et à participer à la journée d’action du 24 mars.