Dossier "École inclusive | Le métier bousculé"
L’école inclusive reste à construire
3 mars 2017

Depuis 2005, les effectifs d’élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire ont augmenté de 80 %, soit 123 600 élèves de plus. Pour autant la mise en place d’un parcours de scolarisation cohérent accompagné des moyens nécessaires n’est pas toujours là.

À la rentrée 2015, parmi les enfants et adolescents en situation de handicap scolarisés, près de 80% étaient scolarisés en milieu ordinaire et 20% en milieu spécialisé selon une note de la DEPP publiée en décembre dernier. Avec pour la première fois l’indication d’une école inclusive dans la loi d’orientation de 2013, la construction du parcours scolaire des élèves en situation de handicap ne peut plus être considérée comme relevant d’une éducation séparée ou seulement intégrative, mais oblige l’école et son fonctionnement à instaurer les conditions pédagogiques pour réduire les obstacles aux apprentissages en son sein. C’est une évolution importante, devenue une des préoccupations majeures de l’Éducation nationale alors qu’elle reste historiquement séparée du secteur « médico-social » qui en avait la charge.

Des protocoles internes à l’Éducation nationale en lien avec les MDPH se sont mis en place et c’est bien souvent à l’école et notamment à l’école maternelle que la première annonce d’une difficulté importante d’écart à la norme est pointée. Les équipes éducatives réunies à l’initiative des directeurs et directrices d’école font partie dorénavant du quotidien des écoles. Elles permettent d’établir un premier contact, de réunir les différents intervenants et d’évaluer l’autonomie scolaire de l’élève.

Des délais insupportables

Mais une fois cette première rencontre établie avec la famille chacun sait que la route est longue avant qu’un projet personnalisé de scolarisation accompagné de mesures de compensation et d’accompagnement soient effectivement mis en œuvre. Les situations d’attentes de près d’un an pour obtenir une AESH, une orientation ou une place en services spécialisés sont malheureusement la norme et ses délais restent insupportables pour les familles et les écoles. Et quand finalement la notification de la MDPH arrive, les questions de l’enseignant restent bien souvent entières. Quelles adaptations mettre en place ? Comment évaluer les apprentissages scolaires de ces élèves ? Quel est le rôle de l’AVS ? Quelle orientation proposer pour la suite de la scolarité ? Des questions professionnelles essentielles pour passer maintenant du quantitatif au qualitatif.


L’ensemble du dossier

- Présentation du dossier
- L’école inclusive reste à construire
- « Sortir de l’isolement et reconstruire une vraie mutualisation du travail » - 3 questions à Frédéric Grimaud, enseignant spécialisé, docteur en sciences de l’éducation
- Du côté des enseignants – En première ligne face aux difficultés
- ULIS à Mirebeau (86) – Comme des élèves de l’école
- « Des sujets faisant d’emblée et de plein droit partie de l’école » - Entretien avec Valérie Barry, maître de conférences en sciences de l’éducation, formatrice ASH à l’ESPE de l’académie de Créteil